jeudi 1 mars 2012

Petite histoire d'humiliation

En faisant du zapping hier, Concubine et moi sommes tombées sur une émission au titre évocateur : Sexe insolite. Je m'attendais à ce qu'on nous présente des partouzes costumées filmées avec une caméra cachée dans des grosses cabanes de riches, un peu comme dans Eyes wide shut. Ou des entrevues réalisées dans un club échangiste miteux avec des gros bedonnants moustachus dont la voix aurait été modifiée par ordinateur, comme dans un sketch de François Pérusse. (Ha ha! J'ai d'abord écrit François Perruche!) Mais finalement, non. L'émission traitait plutôt d'anomalies des organes génitaux. Quelle belle façon de terminer une soirée! N'empêche, cela m'a fait penser à un fait vécu (par moi-même) en secondaire I.

Un jour, dans le cours de FPS (traduction pour les étudiants de la réforme : Formation personnelle et sociale) le prof nous a remis un quiz. Sur la première page, un dessin du système reproducteur féminin. Sur la seconde, le système reproducteur masculin. Des flèches pointaient aux différentes parties que nous devions identifier. Facile, vous me direz. Ben, pas en secondaire I. Pas pour moi. Après ce qui m'a semblé une éternité, j'ai relu mes réponses pour me rendre compte qu'il m'en manquait une. Du côté du garçon. J'ai eu beau réfléchir, en vain. Blanc total. Je me suis donc risquée à aller voir Jacques G., mon prof qui, j'allais l'apprendre assez tôt, n'était pas subtil pour cinq cennes.
Moi : « Heu... C'est parce que je me rappelle plus c'est quoi ça... »
Prof : « Ben là... »
Moi : « ... »
Prof : « Ça commence par S. »
Moi (en chuchotant presque) : « Heu... le sac? »
Heureusement, mon prof a cru entendre la bonne réponse. Malheureusement, il s'est senti obligé de la répéter en criant, sur le même ton que s'il m'avait répondu Bravo la nounoune! Comme si d'avoir momentanément oublié ce mot représentait une atteinte à la virilité de tous les hommes de la terre.
Prof : « C'est ça! Le scrotum!!! »
Et les quelques gars assis en avant d'éclater de rire tandis que je regagnais ma place en rougissant.

Humiliation je vous dis.

J'imagine que cette anecdote me vaudra de jolies trouvailles dans les mots-clé de recherche des statistiques de ce blog. Après « caca pour rire » et « Mélanie la pute de Montréal », je me demande bien ce que je vais trouver. À suivre.

2 commentaires:

  1. Ya quelque chose qui se passe dans ton subconscient entre toi et les oiseaux! Parlant de petites pattes secs!

    RépondreSupprimer