lundi 28 novembre 2011

Improbable dans la vraie vie (suite)

Un personnage veut rattraper un autre personnage qui est sur le point de monter à bord d'un avion. Le personnage (qui n'a pas de billet) réussit à passer toooooute la sécurité (post 11 septembre 2001) sans être inquiété. Il y a même un bon samaritain qui lui offre de l'aider au lieu de lui proposer une fouille rectale.
Dans la vraie vie, essayez de passer la sécurité sans carte d'embarquement.
Sécurité : « Vous allez où comme ça mademoiselle? »
Moi : « Chercher une soupe dans un bol en pain au Tim Horton avec un beigne aux cerises pis un Cappucino glacé. »
Sécurité : « Avez-vous votre carte d'embarquement? »
Moi : « Non. »
Sécurité : « Par ici la terroriste mademoiselle. Vous allez passer dans la machine à rayons X puis ensuite, ma collègue va vous faire déshabiller dans une autre pièce. »
Moi : « Après ça, j'vas-tu l'avoir ma soupe dans un bol en pain? »
Sécurité : « Y'EN A PU DE SOUPE DANS UN BOL EN PAIN CHEZ TIM! Tout le monde sait ça! »
Moi : « Ah... J'vas prendre la casserole de lasagne d'abord. »
Sécurité (dans son walkie-talkie) : Besoin de renfort à la ligne 2 s'il vous plaît.


Dans les émissions made in USA, les gens ont des dentiers dents blanches blanches blanches, comme du lait.


Peinture Sico 6112-11 Ver à soie

Dans la vraie vie, les gens ont souvent des dents comme euh... laides.

Café, cigarettes, Mister Freeze orange


Dans les films américains, les gens habitent de belles grosses cabanes. Le salon ressemble à peu près à ça, et ce, même lorsque le beautiful couple a des enfants.


Mari : ''Oh honey, look at our beautiful kids playing outside.''
Femme : ''Great... Go lock the front door, I'll take care of the back.''

Dans la vraie vie, si tu as des enfants, ton salon a probablement l'air de ça.



C'est un peu la même chose lorsque les personnages ont un ou des chiens. Au cinéma, le chien est un bibelot qui s'intègre parfaitement au décor.

« Il ne me viendrait jamais à l'idée de monter sur le divan. Wouf. »

Dans la vraie vie...



Les personnages de téléromans ont souvent des expressions pas d'allure : gonebitch, saint-crèmesteinbeu, etc.
Imaginez un peu si on utilisait les mêmes dans la vraie vie.
Concubine : « On y va? »
Moi : « Attends un peu, j'trouve pas mes gants viande à chien!  »
Ouin.


Dans un film d'action, un personnage se fait entailler le bras avec un couteau puis se fait tirer une balle dans la cuisse. Il continue à courir et à tirer du fusil, comme s'il venait de se faire un paper cut.
Dans la vraie vie, quand on se fait un paper cut, on CA-PO-TE! « Ouch, ayoye aïe aïe! Maudit papier coupant à marde, ça brûle viande à chien! »






4 commentaires:

  1. hé hé, moi ce qui me fait bien marrer, c'est quand le "héros" tir sur une voiture avec son super "gun" (on parle pas d'un bazooka ici là...) et que celle-ci explose. Remarque ça pourrait être pratique de pareil "gun" à la chasse. Tu vois un orignal, tu vises, tu tirs et tu sors les assiettes pour accueillir les steaks cuit à point qui tombent du ciel. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Hahaha.

    Hey, mais moi, ma mère dit VRAIMENT viande à chien!!!!
    Perso, j'trouve ça ultra dégueux comme image. Pire que MANGE-DLA-MARDE-MON-CRISS-DE-GROS-TAS-DE-MARDE-CANNIBAL.

    Bref.

    RépondreSupprimer
  4. MANGE-DLA-MARDE-MON-CRISS-DE-GROS-TAS-DE-MARDE-CANNIBAL??
    Pffffwouahahaha!!! Je ne me souviens pas avoir entendu ça dans un téléroman par contre. Ça vient-tu de feu l'émission de télé-réalité de Michelle Richard?

    RépondreSupprimer