jeudi 12 janvier 2012

Le comeback le plus redouté

Je suis allée souper chez mon amie Petite perruche hier. À la fin de la soirée, elle a sorti un paquet de photos datant de son enfance et de son adolescence. (Oui oui, des photos papier lecteur. Dans le temps où on allait porter nos films chez Jean Coutu et où déchirait systématiquement en milles morceaux 15 tirages sur 24.) J'ai donc eu le loisir d'admirer Petite perruche dans toute sa splendeur vestimentaire et capillaire des années 80.

Tu te demandes probablement où je veux en venir avec ce récit oh combien palpitant de mon mercredi soir. Hé bien les photos de Petite perruche m'ont fait penser à ma propre enfance et à une aberration qui je l'espère, ne reviendra jamais à la mode. Et j'ai nommé :

La coupe champignon

Misère.

Quoiqu'il n'y ait jamais eu de sondage effectué là-dessus, je pense qu'au moins 52 % des enfants âgés de 8 à 14 ans au milieu des années 80 ont arboré la coupe sporophore (ça, c'est le mot savant pour champignon ; ne viens pas dire que Petite pastèque ne t'apprend rien.)

Dans la rue où j'habitais à l'âge de 9 ou 10 ans, j'avais une amie qui était plus mignonne que les autres. Elle était un peu comme « la p'tite fille cute de la rue ». Alors il a suffit que la p'tite fille cute arrive un jour avec une coupe champignon pour que les autres nounounes (dont je faisais partie) voient ça comme le feu vert pour aller se faire massacrer la tête par une coiffeuse qui n'avait aucun scrupule à nous coiffer comme des lesbiennes en herbe. Ne manquait plus qu'un paquet de cigarettes Popeye dans la manche du t-shirt.

Franchement, je ne comprends pas que nos parents n'aient pas empêché ça. Ma mère aurait dû m'interdire la coupe champignon au même titre qu'elle m'empêchait d'écouter des films d'horreur (la coupe champignon étant une vision d'horreur en soi). Car non seulement avais-je la coupe champignon, mais j'avais aussi la petite couette dans le cou, communément appelée « queue de rat ». Cibole. M'aimais-tu, maman?

Les filles aux cheveux longs ont dû bien rire à l'école.

Fille aux cheveux longs : « Salut, j'aimerais ça ravoir mon bol à soupe s'il te plaît. »
Fille à la coupe champignon : « Quel bol? »
Fille aux cheveux longs : « Ben, celui qui a servi pour ta coupe de cheveux là... »
Fille à la coupe champignon : « Heille, c'est pas une coupe bol, c'est une coupe champignon! »
Fille aux cheveux longs : « Ah, tu veux dire une coupe bolet? Hahahahahahahaha!! »
Fille à la coupe champignon : « ... »

Suite à la lecture de ce post, Concubine demandera probablement à voir des photos. Alors je te le dis tout de suite. C'est NON.

Dis-moi lecteur, te reconnais-tu dans ce récit? Raconte-moi ton histoire d'horreur dans la section commentaires!

5 commentaires:

  1. Been there, done that!
    Pas si fière porteuse de la coupe champignon dans les années 80

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben ah ben. Comme je suis *surprise*... ; )

      Supprimer
  2. Coupe champignon doublée de la phase "hey je pourrais bien me couper le toupet toute seule". On ajoute à ça le kiwi tricolore rose, vert et mauve flo et le pantalon bouffant du Au Coton.

    Identité sexuelle trouble depuis les 80's.

    (Nouvelle fan depuis cette semaine de ce blogue! :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Madame Tal pour ce témoignage coloré! Vous me faites penser que je devrais rédiger un post sur la belle époque d'Au Coton.

      Supprimer
  3. Salut,
    Pour ma part, j'ai été chauve pendant une bonne partie des années 80, soit de 0 à 3 ans.(malgré qu'à cette époque m'ont fait multiplié les acoutrements androgynes, comme le déguisement de pierrot ou le noeud papillon). Merci Maman!

    RépondreSupprimer