lundi 17 octobre 2011

Quand je me pose trop de questions

En marchant dans la ruelle ce matin, j'ai vu un petit oiseau mort. Je me suis alors demandé s'il y avait un père, une mère ou une concubine oiseau qui attendait quelque part en tapant nerveusement de la patte :
« Voyons cibole! Il est juste parti chercher des restes de McDonald's dans le parking de Communauto. C'est ben long! »
Un peu comme le gars qui part chercher du lait au dépanneur et qui ne revient jamais. Sauf qu'à la différence du petit oiseau, ledit gars est peut-être parti aux Bahamas avec sa maîtresse.

Bref, je songeais à la famille du petit oiseau en me demandant si elle avait déjà fait la macabre découverte. Malheureusement, c'est une question à laquelle personne ne peut répondre. La seule façon d'élucider ce mystère serait d'aller acheter une perruche à l'animalerie Paul, de lui apprendre à parler et de m'en servir comme interprète. J'ai du temps à perdre, mais pas tant que ça.

Je devrais peut-être mettre Claude Poirier là-dessus.

« Laisse-moi en parler à mes contacts P'tite casquette. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire